· 

L'INTERVIEW DE MES HOSTS

Parce que avoir un retour d'expérience d’au pair c’est bien, mais si en plus vous pouviez avoir le ressenti des hosts parents ce serait encore mieux n'est-ce pas ?! Alors voilà, c’est cadeau, c’est compris dans la formule !

 

Rappelez vous, il y a une semaine, je vous ai demandé sur Instagram les questions que vous aimeriez poser à mes hosts, j'ai ensuite sélectionné les plus pertinentes, remixé le tout à ma sauce et réalisé la petite interview (traduite en français of course) de mes américains préférés.

 

Mais avant de vous dévoiler leur réponses, laissez moi introduire nos deux compères. Il s'agit de Katie (K) et Matt (M), un couple au coeur tendre d'une trentaine d'années. Katie & Matt se sont rencontrés au lycée, se sont mariés il y a 6 ans, et ont eu leur maison et leur premier enfant l'année suivante. 

3 kids et 10820 couches plus tard, ils ont décidé de se lancer dans l'aventure au pair avec moi (il me semble également important de préciser que Katie a été au pair lorsqu'elle avait mon âge). 


"Je suis impressionnée par le nombre de jeunes, comme toi, qui sont prêts à  mettre entre parenthèse une carrière lucrative pour vivre une experience comme celle-ci."


Pourquoi vouloir une au pair ? Quelle est, pour vous, la différence avec une nounou par exemple ?

K : Choisir une au pair est une très bonne chose pour nous pour plusieurs raisons. Premièrement, nous avons déjà accueilli chez nous, des jeunes filles françaises venues pour leur études et nous avions adoré l'idée de l'échange culturel. Nous aimons partager notre culture et apprendre des autres ! Aussi, nous voulons que nos enfants parlent français et c'est donc, je pense, le meilleur moyen d'apprendre. Enfin, comme j'ai moi-même été au pair et que j'ai adoré mon année, j'ai voulu revivre cette experience à nouveau.

M : Parce que nous voulions quelqu'un qui fasse vraiment partie de notre famille. Je pense que les au pairs sont plus intéressés par "l'experience culturelle", le fait d'apprendre, de voyager et de developper de vraies relations avec la famille, et c'est cela que l'on aime. Alors oui, ce serait surement moins cher pour nous de choisir un autre moyen de "garde d'enfants" mais je ne pense pas qu'il y aurait autant de bénéfices pour ma famille que d'avoir une au pair avec nous. 

Tu sais, je suis impressionnée par le nombre de jeunes, comme toi, qui sont prêts à  mettre entre parenthèse une carrière lucrative pour vivre une experience comme celle-ci, découvrir un nouveau pays, de nouvelles choses, de nouvelles personnes... Cela doit être difficile de faire ce job qui n'est pas le tien dans une famille que tu ne connais pas, mais c'est une experience de vie incroyable et très inspirante. Et c'est ce genre de personnes que je veux auprès de mes enfants, pour qu'ils grandissent avec cette image et cette perception de la vie.

 

Pourquoi avoir choisi Cultural Care plutôt qu’une autre agence ?

K : En fait, nous ne connaissions pas d'autres agences... j'ai entendu parler de Cultural Care par le biais d'une jeune maman de notre quartier qui m'a bien expliqué le système et j'ai vraiment eu un bon retour de sa part. J'ai également entendu que cette agence avec la plus grande sélection d'au pair européen(ne) et comme nous cherchions absolument une française, cela nous a plus.

M : Alors là... Je ne sais pas. C'est Katie qui s'est occupée de cela (rire)

 

Selon vous, qu’est-ce qu’un(e) bon(ne) au pair ?

K : Je pense qu'un(e) bon(ne) au pair est avant tout un(e) au pair qui correspond à la famille. Donc c'est difficile de donner une définition d'un(e) bon(ne) au pair car toutes les familles sont très différentes. Par exemple, nous sommes très orientés "vie de famille" et nous voulions une au pair qui fasse en quelque sorte partie de notre famille, qui soit comme nous tu vois ? Mais d'autres hosts ne souhaitent pas cela et vont alors se tourner vers un(e) au pair plus discret(e) / plus "individuel(le)". 

M : C'est quelqu'un qui souhaite partager un peu d'elle/lui avec les membres de sa famille d'accueil... Au final, je pense qu'un(e) bon(ne) au pair aura toujours comme une deuxième maison chez ses hosts, même après avoir fait le tour du monde !

 

Quelles sont les qualités indispensables pour assurer ce rôle ?

K : Pour moi, l'au pair doit être attentionné(e), créatif(/ve), vouloir faire partie de notre famille, aimer voyager et être flexible. L'au pair doit bien sûr déjà avoir de l'experience avec les enfants et aimer cela (surtout quand il s'agit de s'occuper de 3 enfants surexcités) et doit être à l'aise avec la conduite de grosse voiture. 

M : Cela dépend... On pourrait aussi poser la question inverse "qu'est-ce qu'une bonne famille d'accueil ?". C'est du donnant donnant tu vois ? Au final, l'impact positif sur les enfants est la meilleure unité de mesure.

 


"Tu as demandé si nous dînions ensemble, ce qui je pense, montre beaucoup  sur le type de famille que tu souhaitais rejoindre... "


 

Qu’est-ce qui a fait la différence entre mon profil et celui des autres ?

K : Et bien, personnellement j'ai adoré ta lettre. Je sais que cela n'a pas été facile pour toi de l'écrire en anglais mais même si elle n'était pas parfaite, j'ai sentis que je comprenais qui tu étais au travers de cette lettre. C'était vraiment créatif et personnel. Aussi, ta vidéo était très bien faite ! J'ai aimé le fait que tu nous "montre" ta vie au lieu de simplement en parler. Par exemple tu ne disais pas que tu conduis mais il y avait des passages de toi au volant, tu ne nous disais pas que tu aime sortir et faire du sport mais tu t'es filmée au musée, à la salle de sport, dans les rues de Paris. Tu nous montrais aussi que tu faisais du baby sitting etc... En fait, la vidéo nous prouvais que tu es une personne créative et je pense qu'il faut une personne créative pour s'amuser avec des enfants. 

M : Katie et moi avons pensé que tu avais le profil le plus intéressant, le plus réfléchi et surtout le plus personnel parmi ceux que nous avions sélectionné (à savoir des profils français). Ensuite, nous avons commencé les interviews sur Skype et c'est là que l'on a vraiment ressenti ton enthousiasme pour cette aventure ! On a eu un bon feeling. Aussi, tu semblais vraiment intéressée par le fait de faire partie de la famille. Par exemple, tu as demandé si nous dînions ensemble, ce qui je pense, montre beaucoup  sur le type de famille que tu souhaitais rejoindre...  

 

Comment, en tant que famille, vivez-vous l’expérience des Skype avec les au pairs ?

K : Oh... pour être honnête ce n'est pas ma partie préférée ! Croyez nous quand on vous dit que les parents sont aussi nerveux que les au pairs. Et tu te rappel notre premier skype ? Notre ordinateur ne voulait plus marcher, on a trouvé un système D... mais on ne pouvait pas te voir (rire) ! Mais je pense que c'est une étape très importante car cela aide les familles et les au pairs à se voir réellement "en action", même si cela reste à travers un écran. C'est drôle car quand j'étais au pair, il n'y avait pas cela, nous nous échangions juste des emails et c'était tout.

M : Je pense que la partie Skype est très importante. C'est là que l'on voit vraiment la personnalité des "candidats" et donc qui est le bon match pour nous !

 

Comment vous sentiez-vous à quelques jours / quelques heures de mon arrivée ?

K : C'était vraiment sympa de pouvoir apprendre à te connaître plus au fil des mois. Je suis contente que l'on ai tous trouvé du temps pour continuer à se parler par message. Du coup quand tu es arrivé, ce n'était pas "bizarre". C'était comme si tu revenais alors que tu n'étais jamais venue.. Est-ce que tu comprends ce que je veux dire ? (rire)

M : Je n'étais pas à la maison donc pour moi ce n'étais pas grand chose... Mais j'étais nerveux pour Katie, comment elle allait gérer cela toute seule etc...

 

Et les enfants ?

K : Nous avons beaucoup parlé de toi aux enfants, surtout quelques jours avant que tu arrives. J'étais un peu inquiète car cela leur prend parfois du temps de se sentir à l'aise avec les personnes qu'ils ne connaissent pas. Mais je pense que, comme pour nous, quand tu es arrivé, ils avaient l'impression de te connaitre déjà donc c'était vraiment cool.

M : Je savais que les enfants étaient très impatients que tu arrives donc... Je pense qu'ils étaient juste très heureux !

 


"J'espère vraiment que tu seras dans notre vie pour toujours !"


Comment avez-vous vécu les premiers jours ?

K : Je sais que la première semaine n'était pas vraiment idéale pour toi car Matt était en voyage d'affaire. Nous aurions aimé t'accueillir autrement... Sinon, notre plus grande crainte était que tu vois les enfants se battre ou avoir de mauvais comportements et que tu te dises "ok, ciao bande de tarés !" et que tu partes. Je me rappel de mes premiers ressentis lorsque j'étais au pair... Je me disais "mais qu'est-ce que je fais là ??!" et je pleurais et appelais ma mère. Donc je veux que tu saches que c'est normal de ressentir cela parfois mais les choses finissent toujours par aller mieux

M : À mon retour de voyage d'affaires, j'étais très nerveux. Je voulais vraiment bien faire ! Et je voulais te donner l'impression que tu es chez toi autant que je suis chez moi tu vois ? D'un autre côté, je voulais que tu ai autant d'intimité que dans ton ancien appartement... J'essayais donc de te donner ton espace tout en t'invitant à participer à tout ce que la famille faisait. C'était pas facile (rire) et ... j'ai toujours du mal à déterminer cette "ligne" d'ailleurs !

 

Comment vivez-vous le fait de partager votre maison avec une autre personne ?

K : Nous sommes assez à l'aise avec cela. Nous avons déjà eu des jeunes étudiantes étrangères qui vivaient avec nous et puis comme tu as pu le voir, notre famille est proche de chez nous donc il y a souvent quelqu'un de l'extérieur dans notre maison. Je sais que cela peut être une préoccupation au début (si c'est la première fois, je veux dire) mais nous, nous aimons cela donc pas de problème ! Cela étant dit, je pense que cela aide que nous soyons à un étage et que tu sois à un autre. Par exemple, tu n'entends pas les enfants pleurer et peut-être (du moins j'espère) que du coup tu as un peu l'impression d'avoir un peu ton espace personnel.

M : Et bien comme je disais juste avant, je suis simplement inquiet de ne pas te donner toute l'intimité et la liberté que tu souhaites. J'ai tendance à toujours faire les choses un peu de travers (rire). Mais plus sérieusement, je suis extrêmement heureux de t'accueillir ici. Le seul "problème" que je peux avoir, c’est que tu es (je pense) trop polie pour mentionner des choses qui te dérangent !

 

Selon vous, quels sont les plus grandes différences entre la mentalité française et la mentalité américaine ?

K : Hmm ... Eh bien, je pense que nous sommes peut-être plus expressifs. Non pas que les français ne sont pas expressifs... Mais verbalement, je pense que nous montrons toutes les gammes d’émotions à un niveau élevé (rire). C'est peut-être pour cela que certaines personnes pensent que les Américains sont bruyants et "too much". Aussi, nous avons tendance à être plus curieux et à parler à tout le monde facilement.

M : Honnêtement, je ne sais pas. La plupart des différences que je vois entre toi et moi sont bien minimes par rapports aux différences entre un Américain et un autre !

 

Que pensez-vous de l’éducation à la française ?

K : Pour ce qui est de l'éducation des plus petits, je pense que vous valoriserez peut-être plus le jeu que nous. En Amérique, nous avons beaucoup de tests standardisés... Cependant, j’apprécie le fait que le lycée américain présente un aspect social et créatif important qui fait défaut, à mon avis, dans les lycées français.

M : Je suis fan ! Et d'ailleurs je suis super fier d’entendre mes enfants parler, même un petit peu, le français. La connaissance de plusieurs langues ouvre l'esprit à de nouvelles expériences que j'espère ils rechercheront plus tard.

 

Comment me considérez-vous ? (membre de la famille, employée, amie… ?)

K : Elle est dur cette question ! En fait, je pense qu'une fille au pair c'est un peu tout ça. Tu es une employée qui devient ensuite une membre de la famille et une amie. J'aime passer du temps avec toi; J'aime avoir une autre adulte avec qui parler de la vie; J'aime partager un verre de vin avec toi pendant que nous parlons d'Ô combien les enfants sont terribles (rire). Quand nous cherchions une fille au pair, je souhaitais quelqu'un pour vivre la même expérience que celle vécue avec ma famille d'accueil. Je reste en contact avec eux et je leur ai rendu visite l'année dernière. Mes enfants ont rencontré leurs enfants et c'est vraiment chouette. J'espère vraiment que tu seras dans notre vie pour toujours !

M : Je te considère un peu comme une invitée. Mais j'espère sincèrement que toi et moi deviendrons des amis proches et resterons en contact pendant des années. Honnêtement, j'ai tellement peur que tu ne nous apprécies pas et que tu ai un jour envie de rematch (rire). En tout cas,  je ne te considère pas du tout comme une employée. J'ai vraiment envie que tu profites de ton séjour ici, que tu prennes du temps pour voyager et profiter de ta vie !

 

Comment pensez-vous que les enfants me considère ? (grande soeur, nounou, copine… ?)

K : Je ne suis pas sûr... Plutôt une grande soeur.. enfin moins formelle qu'une nounou quoi ! En fait je dirais plutôt comme une "tata" parce que tu es un peu comme ma soeur Paula quand elle vient. Tu es drôle, dynamique et enjouée, mais tu sais aussi établir des règles, et d'ailleurs j’ai le sentiment qu’ils t'écoutent parfois plus que moi !

 

M : Je ne sais pas trop... Mais je sais qu'ils t'aiment tous beaucoup !


"Je ne veux pas que la fille au pair «fasse les choses» pour nos enfants, mais plutôt qu'elle les aide suffisamment pour qu'ils puissent le faire eux-mêmes."


 

Qu’attendez-vous d’un(e) au pair au quotidien ?

K : Premièrement, d'assurer la sécurité des enfants, bien sûr ! Après cela, ce serait faire les tâches habituelles : préparer le petit-déjeuner, aider à les habiller, se brosser les dents, les amener à l’école, jouer à l’extérieur. Nos enfants sont jeunes, ils ont donc toujours besoin de beaucoup d'attention et d'aide, mais je ne veux pas que la fille au pair «fasse les choses» pour nos enfants, mais plutôt qu'elle les aide suffisamment pour qu'ils puissent le faire eux-mêmes. Par exemple, leur rappeler de ranger leurs jouets sans le faire à leur place.

M : Pas beaucoup. Je considère que c'est un succès si aucun des enfants ne meurt sous ma surveillance. Donc j'attends juste la même chose d'une au pair (rire).

 

Selon vous, joue t-elle/il un rôle dans l’éducation des enfants ? Si oui, à quel niveau ?

K : Pour nous, la partie "apprentissage de la langue" est très importante. Je pense que cela se fait de manière naturelle : les enfants apprennent mieux par le jeu et la lecture à cet âge et non par les leçons. Donc, jouer et lire dans ta langue maternelle les aide à apprendre.

M : Absolument. Comme tu le sais, j'estime que l'apprentissage des langues est essentiel et c'est à leur âge qu'il est le plus facile d'apprendre. Cette apprentissage du français vient de toi donc oui, tu joues un rôle dans leur éducation !

 

Selon-vous, quelle est la clef du succès d’une bonne relation entre un(e) au pair et sa host family ?

K : Sans hésiter : une communication ouverte et honnête.

M : Je suis Américain, donc je ne suis pas vraiment offensé par les choses. S'il y a quoi que ce soit que je puisse faire pour te rendre la vie plus agréable, je le ferai... mais j'ai besoin d'en entendre parler. Donc je pense qu'il est essentiel de faire part de ses préoccupations le plus tôt possible.

 

Avez-vous des conseils à donner à toutes celles qui souhaitent rejoindre l’aventure au pair ?

K : Les nouvelles aventures peuvent être effrayantes mais en valent vraiment la peine. Mon année au pair a été l'une des meilleures de ma vie et je m'en souviens avec émotion; Mais je me souviens aussi d'avoir hésité à cette époque parce que c'était très différent de ce que faisaient tous mes amis.
Je dirais aussi d'être flexible pour ce qui concerne les familles et de vraiment choisir avec le coeur. Quand je cherchais à être une fille au pair, je voulais absolument vivre à Paris. Mais quand une famille en Suisse m'a contacté et que j'ai commencé à parler avec eux, j'ai réalisé qu'ils étaient un véritable match pour moi... Alors je suis allée en Suisse, et je n'ai pas regretté !

M : Assurez-vous de choisir la bonne famille, celle qui correspond à vos attentes et à votre manière de vivre !



Bisous, 

Lucile

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Elyse (samedi, 27 octobre 2018 10:30)

    J’avais hâte de lire ton article, et honnêtement, on apprend vraiment à découvrir leur personnalité, ils ont l’air vraiment adorables et très attentionnés. À vrai dire, j’etais quand même inquiète pour toi, tu es quand même partis à des milliers de kilomètres de nous chez des inconnus, t’occuper d’enfants que tu ne connaissais pas, et finalement je suis  ravie pour toi, tu vis une expérience unique, dans une famille qui semble vraiment top. J’en ai meme l’envie de les rencontrer haha, il y a pas une petite place pour moi ?
    Des bisous ma Lucile �

  • #2

    Bebelle (lundi, 29 octobre 2018 10:13)

    Ouah super sympa ton interview !!! On découvre tes Host ( comme tu dis... ) et je les ressens comme de belles personnes !!Vous avez su vous rencontrer et vous apprenez à vous connaitre et à échanger ... Belle expérience ma Lucile d'amour !!! Je t'embrasse très très fort !!!

  • #3

    Papilou (mercredi, 31 octobre 2018 07:57)

    Interview très intéressant mon joli cœur, bien structuré et instructif sur vos capacités réciproques à vous respecter et, votre volonté de vivre une année pleine de complicités, d’envies de partager plein de choses enrichissantes...un joli couple que cette famille et toi...de gros bisous du Pays d’Auge � �� ( pour mémoire c’est le drapeau français �)

jeune, fille, au, pair, USA, blog, articles, photos, états-unis, au pair, cultural, care, voyages, avis, programme, enfants, host, family, parents, kids, accueil, trip,, témoignage, conseils, expérience, famille, parisienne, parisienne, française, français, France, Amérique, aventure, rencontres, expatriée, skype, avion, partir, année, familles, argent,  enfants, bébés, enfant, bébé, activités, créativité, travaux, manuels, idées, sport, petits, fratrie, babysitter,